Marion Muller-Colard: Le Complexe d’Elie

Complexe d'Elie

« Dans ce livre au ton très personnel, marqué par la pensée des philosophes Hannah Arendt et Simone Weil, Marion Muller-Colard contribue à restaurer le politique, et ouvre une remarquable réflexion sur la grandeur du service de l’intérêt général, prenant les Écritures et l’amour évangélique comme grille de lecture de tout engagement public. »
La Croix, 19 mai 2016

« Dans ce superbe essai, Marion Muller-Colard commence par nous décrire le monde dans lequel elle vit, à la campagne, immergée dans la nature loin de tout. Un havre de paix qui ferait bien envie aux lecteurs citadins bousculés par la foule et le bruit. Mais l’ambition de cette pasteure se trouve à l’opposé d’une démarche de repli sur soi. Au contraire, elle sent la nécessité de concilier spiritualité et politique en se réinvestissant dans du collectif. »
La Vie, 5 mai 2016

« Marion Muller-Colard propose une réflexion passionnante sur le rapport entre politique et spirituel. Un texte à la fois lumineux, ancré dans notre temps et profondément nourri par le texte biblique qui en fait ressortir avec une bienheureuse acuité toute sa modernité. Un texte joyeux, précis, moderne et plein d’allant pour dire que l’homme aujourd’hui peut et doit être aussi spirituel que politique; que la Cité ne peut rien sans l’homme et que l’homme ne peut rien sans Dieu. »
La Procure, printemps 2016

« Avec Le complexe d’Elie, Marion Muller-Colard poursuit le même sillon (que dans L’Autre Dieu) et montre qu’elle est en train de défricher une manière singulière de faire de la théologie. Après avoir regardé en face la question du mal, elle aborde la question du politique au sens le plus noble du terme qui est la tentative des humains de vivre ensemble. »
Réforme, 28 avril 2016

« S’il est impossible dans la vie chrétienne de dissocier vie privée et vie publique, comment investir la dimension politique de nos vies lorsqu’on est héritier d’échecs et de désenchantements ? (…) Le parcours s’achève sur la fulgurante redécouverte du passage auquel le Christ nous engage, celui d’un « Je » fermé sur lui-même à un « Nous » fait d’ouverture des uns aux autres sans condition. »
La vie protestante NE/BE/JU, mai 2016

« Dans Le Complexe d’Elie, la théologienne Marion Muller-Colard croise son parcours personnel avec celui d’un élu local, Jo Spiegel, et celui du prophète Elie pour réfléchir à ce que pourrait être une politique porteuse de sens. »
Le Monde des Religions, mai/juin 2016

« L’Evangile est politique non en tant qu’il tracerait l’épure d’une cité idéale, mais parce qu’il fait émerger des sujets capables de laisser place à d’autres sujets. Le récit est d’une lecture agréable. Puisse-t-il donner aux croyants le goût de s’engager dans la vie de la cité. »
Etudes, mai 2016

« Une approche de l’humanité inspirée d’un parcours de vie lui faisant poser le postulat que « majoritairement, les gens nous veulent du bien… »
Dernières nouvelles d’Alsace, 14 avril 2016

« L’écrivain Marion Muller-Colard publie Le Complexe d’Elie, petit ouvrage passionnant entre l’essai et l’autofiction où elle évoque en toute liberté ses rencontres avec le politique Jo Spiegel. Ils partagent le même questionnement sur la responsabilité individuelle et la même admiration pou Hannah Arendt. »
L’Alsace, 26 mars 2016