Le Bouddha est-il vert ?

Conversation avec Michel Maxime Egger
11,00 €
Pages:
104
ISBN:
978-2-8309-1640-9
Date de publication:
02/11/2017
 

Description

Le bouddhisme est-il une religion « verte » ou cette image est-elle avant tout un produit de l’imagination occidentale ? L’écobouddhisme, qui a fleuri en Occident depuis une trentaine d’années, laisse plus ou moins entendre que le bouddhisme – du fait notamment de sa vision de l’interdépendance de toutes choses – serait « écologique » par essence. Cependant, l’étude rigoureuse de la tradition originelle du Bouddha et de ses sources textuelles les plus anciennes, comme le canon pali, ne permet pas d’accréditer une telle interprétation. En même temps, cela ne signifie pas que le bouddhisme ne dispose pas de ressources pour répondre au défi crucial de la crise écologique. Mais cela doit encore être pensé et articulé.

C’est ce que montre dans cet entretien Jean-Marc Falcombello, disciple proche depuis trente-sept ans d’un des plus anciens maîtres tibétains vivants, Lama Teunsang.

Avec une préface de Dominique Bourg

Auteur

Jean-Marc Falcombello est journaliste culturel, interprète de tibétain pour des maîtres bouddhistes depuis plus de vingt ans et l’un des responsables du centre bouddhiste de Montchardon en France. Il effectue actuellement une retraite stricte de trois ans, dans le cadre du bouddhisme tibétain vajrayana. Il est l’auteur du chapitre « Bouddhisme et écologie » dans le "Dictionnaire de la pensée écologique" (PUF, 2015).

Sociologue et écothéologien, fondateur du réseau Trilogies, Michel Maxime Egger travaille comme responsable du laboratoire de la « transition intérieure » à l’ONG suisse Pain pour le prochain. Il est l’auteur de plusieurs livres chez Labor et Fides et de « Ecopsyhcologie » chez Jouvence.

Table des matières

revue de presse

Commentaires

Droits vendus

no entires at the moment