La juste mémoire

Lectures autour de Paul Ricœur
22,30 €
Pages:
213
ISBN:
978-2-8309-1205-0
Date de publication:
01/06/2006
Collection:
Le champ éthique
 

Description

Comment affronter à l'heure actuelle une certaine dérive entre excès et défaut de mémoire? Simultanément à cette tension entre histoire et mémoire, la difficulté de trouver une "juste mémoire" (quantitative et qualitative) est peut-être l'un des symptômes de la montée prégnante de la catégorie de présent. Pour s'orienter dans ce débat public, cet ouvrage adopte une entrée en matière éthique tout en s'appuyant sur l'œuvre de Paul Ricœur, dont La mémoire, l'histoire, l'oubli. Sous cet éclairage deux problématiques s'imposent, configurant le questionnement: qu'est-ce que la représentation du passé? Y a-t-il une juste mémoire? Il convient de les distinguer, entre un pôle épistémologique et un pôle éthique. Mais l'apprentissage même de la distinction méthodique, entre s'informer et juger, n'est pas sans relever d'un même horizon politique et moral.

Avec les contributions de Abel Olivier (dir.), Hans-Christoph Askani, Enrico Castelli-Gattinara (dir.), Jeanne-Marie Gagnebin, Giovanni Levi, Sabina Loriga (dir.) et Isabelle Ullern-Weité (dir.)

Auteur

Olivier Abel est un philosophe français, professeur de philosophie et d'éthique à la Faculté de théologie protestante de Montpellier. Il est l’auteur de nombreux essais, dont "La justification de l’Europe" (Labor et Fides, 1992), "L’éthique interrogative" (PUF, 2000) et "Jean Calvin" (Pygmalion, 2009). Il a créé le Fonds Ricœur, constitué à Paris autour de l’héritage du philosophe.

Table des matières

Introduction, par Olivier Abel et Sabina Loriga, p.9

Première partie:
La dimension éthique du rapport à la mémoire en philosophie et en histoire

L'indépassable dissensus, par Olivier Abel, p.19

La tâche de l'historien, par Sabina Loriga, p. 49

Deuxième partie:
Ouvertures épistémologiques entre philosophie et histoire: vérité, cognition, interaction contemporaine

Les historiens, la psychanalyse et la vérité, par Giovanni Levi, p. 75

Les puissances actives et positives de l'oubli. Ce à quoi l'histoire ne peut pas se dérober, par Enrico Castelli-Gattinara, p. 99

La capacité historique d'attestation, entre l'ultime et le rétrospectif. La mise en œuvre au lieu civil de la discussion, par Isabelle Ullern-Weité, p. 133

Troisième partie:
Des figures fondamentales de la mémoire et de l'oubli: poétique philosophique et condition historique

Les préludes de Paul Ricœur, par Jeanne-Marie Gagnebin, p. 169

L'oubli fondamental comme don. A propos du livre de Paul Ricœur: La mémoire, l'histoire, l'oubli, par Hans-Christoph Askani, p. 182

Liste des auteurs, p. 207
Présentation du Fonds Ricœur, p. 211

revue de presse

Commentaires

Droits vendus

no entires at the moment